Actualités

Nouvelle note juridique !

Jeudi 21 Octobre 2021

Nouveauté dans les notes juridiques du CRGE !



Le temps partiel mensuel



Il est courant pour un Groupement d’Employeurs (GE) de recourir à l’embauche d’un salarié à temps partiel. La conclusion d’un tel contrat suppose de respecter un régime juridique très règlementé qui est peut être difficile à concilier avec la mutualisation d’un salarié mis à disposition dans différentes structures. Le GE recherche de la flexibilité dans sa gestion des contrats à temps partiel. Le temps partiel mensuel peut être une alternative ou une réponse. Son fonctionnement reste pourtant méconnu. Il est donc indispensable d’en maîtriser les règles afin d’allier souplesse et sécurité juridique, ce que cette note propose.


(...)


Lire la suite


Retrouvez toutes les notes juridiques dans la rubrique Ressources documentaires > Etudes et note juridiques




Article de Pierre Fadeuilhe - Une nouvelle forme de Groupement d'Employeurs

Mardi 19 Octobre 2021

Un article de presse rédigé par Pierre FADEUILHE, a été publié le 19 octobre 2021 sur Actu-Juridiques.fr (Lextenso).




La société interprofessionnelle de soins ambulatoires, une nouvelle forme juridique de Groupement d'Employeurs



D’années en années, de réformes en réformes, le législateur semble redécouvrir les potentialités du dispositif des groupements d’employeurs qu’il a lui-même créé en 1985, et le modifie sans cesse pour le rendre encore plus attractif.

(...)


Lire l'article



Retrouvez tous les articles dans la rubrique Ressources documentaires > Doctrine

Article de Pierre FADEUILHE - Les ruptures amiables du contrat de travail

Jeudi 1 Juillet 2021

Rupture conventionnelle individuelle, rupture conventionnelle collective, rupture d’un commun accord ou encore accord tripartite : autant de modes de rupture du contrat de travail qui se distinguent du licenciement et de la démission et qui se fondent sur la volonté des parties de mettre fin au contrat de travail qui les unit.

(...)


Lire l'article

Retrouvez cet article (et d'autres) dans la rubrique Ressources documentaires > Doctrine

Vers la reconnaissance des GE « mixtes » ?

Mardi 2 Mars 2021

Cela fait des années que le CRGE milite pour la reconnaissance de Groupements d’Employeurs « mixtes ». On ne compte plus les courriers, les mails, les déplacements à Paris pour tenter de convaincre les pouvoirs publics du bien-fondé de sa démarche.


Dernièrement, dans le cadre de la préparation de la Loi de Finances pour 2021, le CRGE avait interpellé les parlementaires et le Ministère de l’économie, des finances et de la relance sur le sujet de l’exonération de la TVA des services réalisés par les Groupements d’Employeurs.


Plus précisément, nous avions exprimé le souhait que le dispositif d’exonération de TVA prévu à l’article 261 b du Code Général des Impôts s’applique aux GE dont certains membres sont assujettis à la TVA.


Nous sommes très heureux de pouvoir vous annoncer que « le développement des GE constituant un enjeu pour le recrutement et la fidélisation de salariés, notamment dans le secteur social et médico-social », Bruno le Maire, Ministre de l’économie, des finances et de la relance, a confirmé un assouplissement des conditions en faveur des Groupements agissant au profit de secteurs d’activités exonérés pour raisons d’intérêt général.


Les pouvoirs publics français admettent ainsi désormais que la présence d’un adhérent qui dépasse le seuil des 20% de ses recettes totales donnant lieu au paiement de la TVA, n’a plus vocation à contaminer le Groupement d’Employeurs.


La constitution de Groupements d’Employeurs « mixtes » s’en verrait ainsi facilitée, par exemple, dans le secteur social et médico-social, pour des GE associant des établissements soumis à la TVA (tels que des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes à but privé lucratif) et des établissements exonérés ou non assujettis, sans faire perdre à ces derniers le bénéfice de l’exonération de la TVA pour les services qui leur sont rendus par le groupement.


Toutefois, cet assouplissement semble ne concerner que certaines activités et n’évoque pas la question des frais de gestion ; il ne précise pas non plus si l’activité de services rendus à des membres ne relevant pas de la TVA doit rester majoritaire ou pas.
Il convient donc de rester prudent pour le moment.


Le CRGE va donc naturellement reprendre contact avec les services du Ministre afin d’obtenir des précisions. En attendant, consultez dès à présent l’analyse juridique du rescrit fiscal du 10 février 2021 du point de vue des Groupements d’Employeurs.



Lire le courrier de Bruno Le Maire, Ministre de l’économie, des finances et de la relance